Dialogues au parc…

Souvent, je me promène au parc de la tête d’or. Je l’aime surtout les jours de semaine quand les familles n’y posent pas leurs papiers gras et leur volume sonore, c’est égoïste, mais j’assume. Souventaussi,  je m’y promène à la façon des escargots, à plat ventre pour la macro, qui aime la poussière et le rase-moquette et puis, c’est le lieu de rencontres magiques, où l’infiniment petit se montre infiniment beau et curieux. Cette vision microscopique a changé ma façon mentale de voir ou d’imaginer le monde, en fait. Quand on pleure comme je l’ai fait sur le regard d’un papillon, ou une goutte d’eau perlante, on se rend compte que rien n‘est jamais comme on le présuppose.

Et puis, ça me permet de me vautrer par terre comme les enfants, ce qui n’est pas pour rien dans mon plaisir.  J’ai fait beaucoup de rencontres amusantes et poétiques dans ce lieu, ma position couchée attire le regard et les questions ! J’y réponds volontiers car c’est l’occasion d’apprendre aux gens à regarder ce sur quoi ils marchent la plupart du temps sans y penser. Et puis, je me suis aperçue que ceux qui ne connaissent rien à l’image sont les meilleurs spectateurs ! Alors que le photographe lambda que vous croisez va aussitôt vous ennuyer avec son propre « matos »,  son « caillou », ou son  trépied, et vous demander si vous sous-exposez et à combien vous ouvrez, le naïf, lui ,va regarde, s’imbiber et s’émouvoir, comme ça ! Et vous offrir ce beau cadeau vrai : j’aime ou je n’aime pas ! Ca touche là ou ça surprend, là ou le photographe pro, lui, va vous lever un sourcil et vous assommer d’un : c’est penché non ?  Ya pas une zone de cramé là ? Quoi, vous n’avez pas de filtre ?

Du coup, j’ai l’impression de me retrouver en terre connue, celle où un transfert de sens, ce petit truc impalpable et généralement inexplicable qui parle, secoue, empoigne, à la façon d’un poème qui vous saisit d’un coup, et dont on n ‘a pas besoin de compter les rimes et les pieds parce c’est là, ou d’un tableau dont la beauté vous engloutit comme une vague de tsunami et c’est tout, existe bel et bien !

C’est avant tout pour cela que j’y reviens, pour les petites voix d’enfants qui demandent : elle fait quoi la dame ? Pour le vieil homme en costume gris, un très vieux boitier argentique à la main, qui partait clopin clopant vers les roses, un air de contentement enfantin sur le visage, et pour le dernier promeneur rencontré, tout heureux de s’arrêter un moment à mes côtés, de saluer l’incroyable violet d’une fleur  et qui a suivi son chemin juste après. Des micro communions instantanées qui vous font vous sentir bien et juste là où vous avez envie d’être…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Billets et autres textes/Prose toujours !, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Dialogues au parc…

  1. Je t’imagine… et c’est drôle 😀 Mais tu as raison, profite et mets nous plein de tes belles images

    J'aime

    • Phédrienne dit :

      Bonjour Elisabeth
      Je pense que ça vaudrait en effet le coup de faire une petite video, parce que vu de l’extérieur ça doit être très amusant !
      Bisous Elisabeth

      J'aime

  2. Quel regarde, la votre! J’ai dis toujour « qu’on a le regarde ou pas »..Bravo, bravisimo, Colette, j’aime beaucoup.
    Gros bisous!.

    J'aime

  3. RvB dit :

    A te lire et à regarder tes images, je vois mes genoux et m’aperçoit que nous sommes deux à nous rouler au sol… on s’y croirait, même si je croise moins de monde là où je vais ! 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s