Essence printanière

Chaenomeles Speciosa

Chaenomeles Speciosa

Droit devant, rasant le long bitume

Et des façades joyeusement endormies

J’ai découvert le printemps de ma ville

Tout doucement, à petits bruits

C’était 15 heures, une heure exquise

Où la ville pulse doucement

A quelques tables bien tranquilles

Dormaient encore quelques clients

Et souriant dans leurs vitrines

Quelques mannequins charmants

Trouvaient le temps long et ductile

En attendant quelques chalands

Un chien promenait sa maîtresse

En faisant mine d’éviter

Les trottoirs et les bas de caisse

C’était un chien bien élevé

J’avais au cœur une allégresse

Une légère frivolité

Mes mains dans mes poches

Et mes cheveux tressés

Par un vent facétieux

Courant avec ivresse

Et levant dans les rues

Des papiers en brassée

Droit devant avec une paresse

Et tout le temps à embrasser

J’ai fait rimer joie et jeunesse

Au cœur de ma ville, enlacés

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Essence printanière

  1. Bonjour, Colette!
    Bravo! Magnifique balade et « bellísima  » image!!!
    Bisous de vendredi !

    J'aime

  2. Phédrienne dit :

    Merci Barbara ! Bisous de Samedi 🙂 !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s