Montre-moi …petite philosophie dans le boudoir, acte LXXVI

Hier soir, pour accompagner un ami, et comprendre d’une certaine façon une passion dont le sens m’échappe, je l’ai suivi à la projection d’un film qui de prime abord ne m’intéressait pas ; jamais sans lui, je n’aurais songé à y mettre les pieds. Bien entendu, lorsqu’un goût n’est pas inscrit en vous, il y  a peu de chances qu’un miracle s’opère et que vous deveniez fan de ce que vous n’aimiez pas, mais l’enjeu n’est pas là !

Il consiste à opérer cette subtile transsubstantiation passagère qui vous permet d’être dedans, et plutôt que de rire d’un engouement incompréhensible pour vous, d’essayer d’en saisir au passage quelques ficelles. Cela a le double impact de vous élargir convenablement la cervelle en faisant sauter ces petits cadenas qui s’y fichent sans arrêt  (du genre : euh, vraiment il aime ça ! Mais c’est moche ce truc, c’est stupide, vulgaire, comment peut-il, etc.), et d’apporter à l ‘autre une attention vraie. Qui prenne acte de tous les aspects de sa personnalité et n’en rejette rien. Ce n’est parfois pas évident (il y a des limites à ce que je pourrais supporter de voir et d’ entendre) et ne doit pas aller jusqu’au masochisme pur :), mais c’est une bonne façon de déplacer l’angle de son regard, sans compter que ça peut devenir une vraie source de surprise et d’amusements.

C’est pour cela que j’ai de plus en plus souvent tendance à dire : montre-moi ! Fais-moi goûter, emmène-moi ! Je n’aimerais peut-être pas, tout me passera sans doute au-dessus de la tête comme un vol d’hirondelles au printemps, mais ce n’est pas grave ! Ce pas fait vers toi, est peut-être la plus grande attention que je puis te donner, le signe de mon affection tangible qui n ‘exige aucune normalisation, aucun nivellement de nos personnalités différentes. Ce qui vaut bien parfois un peu d’ennui !

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Le boudoir philosophique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Montre-moi …petite philosophie dans le boudoir, acte LXXVI

  1. Antonio dit :

    Il y a ceux qui se laissent mettre dans une case et qui vous rappellent toujours à la votre,
    « c’est ton truc, ça, ça devrait te plaire ! »
    « c’est pas pour moi, ça, jamais de la vie ! … »
    Et ceux, qui comme vous, vont de case en case… Montre-moi ! … je n’aime toujours pas mais je te comprends

    C’est ça, s’intéresser à l’autre, je vous suis complètement, comme c’est aussi lui permettre de se surprendre dans une case improbable.
    « Lâche ton livre, Simone, on va aller prendre un bain de ferveur au Stade Marcel Michelin, cet après-midi, on reçoit les rosbifs du Leicester, ça va être chaud !
    Hein????
    Viens tu vas comprendre… »

    J'aime

    • Phédrienne dit :

      Bonjour Antonio
      Oui, c’est exactement l’idée et l’envie ! C’est bien plus important qu’on ne le pense car ça déteint ensuite mais de façon positive sur toutes les attitudes qu’on développe vis-à-vis des tiers ; J’ai hélas comme tout un chacun mes barrières mais je refuse de les accepter en l’état et c’est une dynamique qui ouvre ensuite bien des portes !
      Merci à vous !

      J'aime

  2. Je trouve ça une attitude très positive, très vital, et surtout enrichissante et généreuse.
    Merci pour le partage.
    Bisous.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s