Parfois (les poètes, c’est pas sérieux, suite !)

 

Parfois je me sens seule au sommet de ma tour

Fragile coquille spiralée

Escargot de feuille sablée

Sans escalier…

L’onde qui me lie aux autres ondes

Brisant sur des récifs nonchalants

Sa mouvante musique essaimant

Poncifs et non-sens cuisants

Je danse sur mes pointes

En folle ridicule

Mon jupon d’illusions froissé

Dessinant sur mes murs

Son ombre majuscule

Et je me plains moi-même

Insensée !

Si tout est illusoire

A peine suis-je entrée

Dans le cercle rompu

De mes déboires

Qu’un fou rire m’en sort

Et c’est une victoire

Si je suis seule

C’est avec moi-même

Cela est très certain

Mais jamais sans espoir !

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s