Du rêve comme s’il en pleuvait …

4330

 

Il fait un temps de Mistigri

De fakir et d’éblouissements

D’ailleurs j’ai croisé un vieux monsieur

Chantonnant sur le trottoir

Souriant derrière sa cravate bleue et jaune

Et j’ai chanté derrière lui bouche close

Deux petites guêpes zonzonnantes

Et marchant au milieu des flaques

Chez moi, en haut de mon perchoir

Illusoire

Le vent fait chanter les murs

Une bougie danse sur la cheminée

Et je rêve comme s’il en pleuvait

Des songes, des illusions, des idées creuses

Des chimères, des rêveries, des mirages

Et des hallucinations

Mon livre, lui, crie au scandale

A la page qui n’avance pas !

A l’écriture en berne, à la paresse

Et au coup bas

Mais je le caresse du plat de la main

Je lui fais de l’œil, je le charme et demain

Tous ces rêves cueillis comme un souffle de braise

Seront son levain…

En attendant, ma solitude est un chant

L’oiseau perché sur ma fenêtre

La respiration et la pause

Le vertige en même temps que l’osmose

Avec l’instant…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s