Immersion

 

Sur le ponton de bois chaud

Tête-bêche, la nuque posée sur l’épaule de l’autre

Deux amoureux lisent au soleil

Un cygne lymphatique doucement s’émerveille

En les regardant de près

Plus loin, son torse nu, blanc et puissant

Dressé comme une tour de chair

Un inconnu au crâne chauve

Rêve assis en regardant les ondes

Des iris jaunes et des fleurs framboise

S’essaient à être des roses

Le dos collé à la terre

A quelques centimètres de l’eau

Le ventre offert aux dents aigues de maître Râ

Je laisse mes idées fondre

Et mes angoisses se déliter

Je me laisse pénétrer par la grande voix profonde

De la rivière dormant sous un ciel de juillet

Comme un œuf, je cuis

Pendant que des vélos, des enfants

Des nonchalants et des contemplatifs

Passent à petits bruits

Douceur et mystère du monde renversé

Sous mes paupières fermées…

 

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Immersion

  1. Bravo!!! Ronde…, en español decimos « redondo » cuando algo ha quedado perfecto!
    besos y abrazos.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s