Mystère

 

Il est profond le cri de doux mystère

Jailli en belle source des puits amers

Des désillusions tragiques, des déserts

Battement attentif des sens et des vers

J’aime

Comme un enfant sans mère cherche la douceur

Comme le vent dessine les vagues des dunes

Comme la perle unique au collier de fortune

Et j’attends que vienne la caresse de la terre

J’aime

Parce que ce monde est creux et si dur

Si dur qu’il casse les âmes en  mille morceaux

Mille frissons, mille tessons, mille traces

Mille failles guettant les pas des marcheurs

J’aime

Je suis grave ce soir, cela m’arrive un peu

Lorsque la nuit se couche sur mes genoux

Que mes deux mains prennent sa nuque bleue

Que j’embrasse son grand front si doux

J’aime

Sans y comprendre rien, sans craindre feu ni dieu

En lâchant mes peurs en écheveau dans le vide

Demain matin à l‘aube, déployant tout leur jeu

Ces mots diront pour moi ce chant de Néréide…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Mystère

  1. Une très belle endroit ou la poésie régne! Bravo l’amour comme ça!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s