Frontières

 

Loin des frontières du réel, je m’amuse

A poser sur des lignes des hameçons de rêve

Ce que je ne puis voir s’invente à mes fièvres

Pourvu que je veuille bien partir …

Partir

Voyager sur mes nerfs en appel

Et mes sens ouverts comme des fleurs

Ondes, murmurez vos chants à mes oreilles

Je suis tout ouïe, et tout ardeur !

Voir

Loin, là-bas, hors champ et hors limites

Tout ce que je ne connais pas encore, attend

Au coin des forêts denses, des folles épopées

Tout ce que je ne crois pas, s’écrit

Sentir

Debout, à la brisée de mes fenêtres

Quand la lumière caresse mes mains

Qu’un vent épais s’insinue et revient

Et que je me sens si vivante

Chanter

A bouche close, ces vagues de plaisir

A l’unisson de mes désirs

Et de mon cœur battant sans mécanique dure

Tout ce qui me touche m’habite…

 

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s