Il ne faut pas trop en dire…

 

Le silence m’est une cathédrale croisée de bleu

J’y range des drapés de cristal, des songes creux

L’envolée lyrique des oiseaux de passage

Glissant leur chant d’eau au milieu des nuages

 

Tourbillons de lumière teintant les frondaisons

Cortège de regards goûtant à l’horizon

Les ondes souples des murmures et des frissons

Passent les précieuses secondes d’abandon

 

Tout est mot, tout est tu, tout est à deviner

Et dans cette non-attente, mon cœur reste posé

Viennent les émerveillements, les mots tissés

Bouche close, bouche bée, rimes enlacées…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Il ne faut pas trop en dire…

  1. On peût toucher les belles images… on peût presque les voir en fermant les yeux! Bravo, Phédrienne- Colette!!!
    Bisous.

    Aimé par 1 personne

  2. Phédrienne dit :

    Bonjour Barbara
    Ta lecture sensible et réceptrice me touche toujours beaucoup; Merci !
    Bisous !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s