Ah mousse que veux- tu…

Ah mousse que veux-tu…

 

Du plat de ma paume posé sur le fût

Caressant lentement ton manteau si dru

Je cherche au-delà de ta trouble texture

Un en–deçà de ta jolie parure

Comme moi enlaçant les pierres et les murs

Tu t’entêtes à coller de ton corps, de tes mains

A adhérer sans frein au support qui te grise

A t’incruster de chaque pore, de chaque grain

Je suis ta sœur jumelle dans mes amours anciens

Qui rêvent de cette osmose, tous feux enclins

A faire du rugueux, un lisse de bon augure

A adoucir la peau, à muer en satin

Tout ce qui griffe, tout ce qui rature

Mousse humide des bois ouvrés

En leur sensuelle couverture

Dans ton manteau je suis ceintrée

De végétale fourrure…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s