Qui ne dit mot consent

 

Je ne consens à rien et refuse allégeance

A ce langage creux et dit de circonstance

Lors je préfère aux mots pimpants et prétentieux

Quelques vieux vénérables au charme malicieux

La saveur prononcée d’un mot rare et portant

Dans ses sonorités tout un monde important

Et ces jeux de langage où la verve dispute

Au sens et à l’essence une sorte de culte

Païen certes ou grivois, disert on ne peut mieux

Doux, suave, grinçant, sensuel ou graveleux

Pourvu que d’images et de sons il soit riche

Et qu’en tout bout de langue il chasse les Mac Miche

Et leur pauvre vindicte de mots sots et verbeux

Je m’amuse et pourtant,   je goûte ces beaux lieux

Où le verbe sublime les épithètes rares

Où l’attribut pimpant fouette de ses clairs aveux

Vocables signifiants et images bavardes !

 

 

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s