La mettre en veilleuse …mini docu fiction

Va savoir ce qu’elle fait. Juste là, posée comme un point d’exclamation. La réprobation faite femme. Non mais, regardez-là ! Le front en plis creux, le nez renfrogné, la bouche en virgule et le sein batailleur, posé en obus de 14 sur un ventre qui ne s’en laisse plus compter. Toutes les Nini peau de chien à elle toute seule. J’entends son cerveau qui fonctionne : trr ! Les rouages s’enclenchent, cric, cric, cric. Je l’entends penser. C’est du genre, nan, je ne me pousserais pas, j’y suis, j’y reste, je prends tout l’espace et puis tout l’air aussi, tiens ! Et si vous n’êtes pas content, c’est pareil !  Même son coude est de mauvaise humeur !   Il pointe, il saille, il menace dès qu’un type arrive de trop près et paf, il remonte et repousse le chaland à quelques centimètres ; pas de place, tout pour moi et ce fessier roturier ! On parle toujours de fessier majestueux mais je t’en fiche, moi ! Celui-là, il sent sa victoire du prolétariat,  c’est moi qui te le dis ! Je n’aime pas le métro ; il fait chaud, t’as les vêtements qui te collent à la peau, tellement que chaque fois que tu essaies de te mettre à l’aise, tu  te sens comme une pomme de terre qu’on épluche ; pomme de terre, oui, monsieur, je refuse de dire patate, et puis quoi encore, pomme de terre, voilà ! Mais qu’est-ce qu’elle a à me reluquer comme ça, cette bonne femme à la fin ? Elle ouvre et ferme la bouche comme une grosse carpe à chaque fois qu’elle me lorgne avec son petit œil de gobemouche !  C’est une poivrotte sûrement, son gros nez vilain, là, il est tout veiné, tout violet, et ses poches sous les yeux, je pourrais y mettre ma collection de soutiens-gorge ! Pas étonnant après ça que les gens s’énervent dans les transports en commun quand tu as ce genre d’énergumène qui te  reluque comme ça. C’est agaçant. Est-ce que je te regarde, moi ? Euh…oui, c’est vrai, je te regarde aussi, mais c’est toi qui a commencé la première ! Quoi que …Bon enfin, moi, ce n’est pas pareil, je ne la regarde pas méchamment, et puis je n’ai pas cette allure bizarre, elle, c’est normal que je la regarde, on n’a pas idée d’être aussi tarte, voilà, c’est le mot, tarte…Pfou, qu’est-ce qu’il fait chaud là-dedans, c’est horrible ! Ca me gratte, j’ai l’élastique de ma culotte qui me démange ! Je ne peux rien faire, il y a des gens partout, vivement que j’arrive ! Où on en est d’ailleurs ! Ah chic ! C’est la prochaine, va falloir que je joue des coudes, hop, le gros monsieur là, pousse-toi, et la poussette aussi, saleté de poussette, qu’est-ce que ça fait dans le métro, ça, je vous jure, le lourdingue à boutons avec sa musique de sauvage, hop là aussi, et voilà. Il n’y  a plus que cette bonne femme, là. Plantée devant la porte avec son gros popotin et qui me regarde : t’es moche, mais t’es moche, dis donc ! Tu vas te pousser à la fin, tu ne vois pas que tu gênes ?

DOUNG DOUNG DOUNG, prochain arrêt, Masséna.

–        Pardon madame, euh, s’il vous plaît, pardon, je descends là, oui, merci madame !

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Billets et autres textes/Prose toujours !, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La mettre en veilleuse …mini docu fiction

  1. C’est un véritable bonheur de te lire, Colette…

    Aimé par 1 personne

  2. Phédrienne dit :

    Merci Elisabeth
    Je suis ravie de te compter au nombre de mes lecteurs tu le sais !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s