Vacances

5791

 

 

Moi je boirai le sable des villes

Et leur gravier silencieux

Le silence des rues fragiles

L’ondoiement des rayons du soleil

Prenant leur ligne de fuite sur les boulevards

J’écouterai la chanson des murs

Un seul pas trottant sans  y croire

Et le vent chaud soufflant dans les rideaux

D’une fenêtre oubliée

L a mer, je l’ai en moi et ses flottilles

De bateaux en papier

Ses chansons de marins ivres et désabusés

Je danserai en marchant mon tango citadin

Les hanches fièrement campées

Sur des talons  agiles

Et si nue je serai sans serviette futile

Ce sera à la nuit sur des rives de ville …

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Vacances

  1. C’est très beau! J’aime beaucoup: « La mer, je l’ai en moi… ». Bravo!

    Aimé par 1 personne

  2. Phédrienne dit :

    Bonjour Barbara, tu as le soleil , alors je prends la mer 🙂 !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s