Quand je te dis …sur une oeuvre de Sophie Haza, Muthand

 

5766

Sculpture Sophie Haza Muthand

Quand je te dis que tes mains vivent

Et que des mondes malicieux

Naissent entre deux lignes subtiles

Entre  tes paumes et puis tes yeux

Tu crois te taire mais tu parles

Par chaque ballet de tes doigts

Et le fin réseau de leurs signes

Où s’écrit tout ce que tu vois

J’irais frottant de pulpe à pulpe

Le bout charnu, ligné et chaud

De tes phalanges facettées

De leurs miroirs policés

Entre toi et moi tu le sais

Les jeux de mains sont de fortune

Ils décrochent toutes les lunes

Et notre histoire s’écrit sans mots

Quand l’ombre de tes mains ouvrant

Toutes les portes des jardins

Chante les arpèges du temps

Et que j’y vois naître des mondes

Où rien ne devient incertain…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s