Les toujours et les jamais plus…

Il flotte au-dessus de mon toit

Un certain parfum d’inauthenticité

Un petit bout de fausseté

Quelques moites atermoiements

Ô ma ville tant détestée

Où j’ai laissé ma mue, ma peau

De pécheresse ensorcelée

Dis-moi un petit mot de vrai

Fais-moi sentir avec luxuriance

La chair, l’attente et puis aussi

Un peu de ton esprit, ô dis !

Un peu de ta cérébrale présence

Montre-moi ce à quoi tu penses

Dis-moi que je ne me suis pas trompée…

Il flotte au-dessus de mon toit

L’ombre d’un doute, la peur aux trousses

Et puis un rayon de folie

Un peu malingre, un peu bancal

Mais je le prends comme un sosie

Jamais ressemble aux toujours

Et toujours, ça ne me dit rien

Je lui préfère les contours

De mon matin…

 

 

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s