Avant la pluie, après l’orage…humeur de ville…

En été, la ville m’appartient bien davantage, et encore un peu plus quand la pluie menace. et que les trottoirs se vident. Pourtant, le ciel n‘est jamais aussi touchant et expressif que lorsqu’il est sur le point de déverser sa  mauvaise humeur et distribuer sa fraîcheur bienveillante ensuite…alors je marche, avide de laisser à chaque pas, derrière moi, l’ampleur du quotidien, son ennui jamais poétique…sa lourdeur…

C’est là que la ville me sourit le mieux, surprenante toujours avec des gestes, des visages inattendus, ces infimes spectacles, tendus comme un bouquet…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s