Lien sortant

Lien sortant

 

J’ai posé ma plume quelque part à l’ouest du cap Canaveral

Accrochée au fuselage d’un vaisseau en partance

Elle ira là où il lui semblera bon d’errer

Tandis que je regarderai mes doigts libres

Et librement, resterai là, à rêver

J’ai fermé mes pages et cousu mes profils

De fins fils de rires à couper le beurre

C’est joli comme toutes les choses inutiles

Comme un caillou glané en chemin

Et dont les arêtes brillent au soleil du matin

Lien sortant, nœud délié délivrant ma gorge oppressée

Silence radieux montant dans la poussière dense

Rouges voiles de Salomé et dessin moelleux de ses hanches

Quand monte la lumière et que se taisent les loups

Je perds, sévèrement, ma boussole

Mes clics claquent les uns derrière les autres

Et c’est bien

Je respire le parfum de mes cheveux

Autre geste superflu mais dense de vanille et de mûre

Et loin là-haut, quelque part, il ne se passe rien…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s