Goût russe

Effluves marbrées de bleu sombre et de nuits

Fleuries, prairie d’orage

Pendant qu’une goutte d’eau perle à ma peau

Suit la ligne d’ombre de mon cou

Ventre bombé de ma théière

Maison rouge où le mélange frémit

Un soupçon de frisson fredonne

Dans le creux de mon dos

Tandis que je goûte cette obole

Et les lignes des steppes et les forêts mongoles

S’invitent ici

Très à l’ouest zébré de déchirures

Je n’ai envie de rien, animal avide

Des flaques d’or dans ma tasse

Et de leur ambre pure et ductile…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s