Breiz

Plage des rosaires

J’ai attendu longtemps la couleur de tes blés

Le cours mouvementé de tes nuages lourds

La gifle de tes grains

De tes bois, le velours

Fougères dentées, hiératiques chênaies

Gris bleuté des ardoises ruisselant de senteurs

Et dans les champs perdus tes meules sentinelles

Dardant leurs gros yeux ronds dans le soleil claquant

Ta mer déchaînant ses flots de coquillages

Et ses morsures de sable

Où le vent joue comme en passant

Je  t’ai rêvée mais tu es bien mieux que mes songes

Dans tes habits soutachés d’or, de vert sombre

Et de granitique fierté…

Souveraine,  tu es toi…

 

 

 

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s