Frontière nord…

J’ai oublié mon manteau près de la frontière nord

Juste à l’endroit où la lune pose ses habits de miel

Où le jour frissonne toujours un peu et moi, je m’y assois

Sur un grand caillou blanc et j’attends

Que la fraîcheur du jour glisse sur mes épaules

Qu’un peu de froid mordant me cisèle la nuque

Et que la grande main de l’aube torde mon cœur

J’aime le long silence bleu qui tient tout

J’aime le vertige somptueux résonant de mon vide

Les quasars que je longe,  les yeux fermés

Avec la délicieuse peur de toujours y sombrer

Là-bas, la lune et moi, elle douce et moi dure

Et mon esprit de récifs et de rocs

Jusqu’à ce que le jour  en marée blanche et sure

Me fracasse en petits morceaux de sucres tout bleutés

Et je danse  alors sur mes pôles inversés…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s