Virgule

Marcher, tête nue, brouillard celé

Ecoutant le hasard tomber à côté de mes pas

En petits morceaux  brisés

Ca chante, des voix nues, une hausse, une basse

Les passants ne le savent pas

Mais ils composent une harmonie, parfois

Et  leurs mots se répondent comme dans une église

Ca n’a pas plus de sens, mais j’y sens des émois

Quelquefois…

Je cueille à mains perdues les émotions qui passent

Roses, blondes et dodues, indifférentes ou lasses

Je ne garde rien, mon cœur est un transept

Où tous les égarés se rejoignent

Et chaque larme, chaque sourire y met sa croix

Marcher, tête nue

Le ciel à portée de ma bouche

Croire que tout ce qui est vécu

Fera de ma peau une souche

Une fleur, une signature de soie

La virgule de ton moi…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s