Pause

7116

 

 

Un coin de nuage biscornu a grignoté ma joue

Par la fenêtre ouverte sur le jour

J’étais debout, une tasse fumante à la main

Et le ciel m’a rejoint

Lumière languissante dormant sur le dossier

De ma chaise blanche capitonnée

Mains de fraîche lenteur lissant dans mes cheveux

Quelques frissons de bonheur, un peu de fièvre bleue

Le jour et moi dansant sur  le parquet gris

De ma chambre légère comme une bulle enfuie

Et le café noir tournant comme un vortex

Où la nuit a fini  de disparaître

J’ai un esprit léger et vide de satin

Une étoffe légère où la brise se love

Comme un doux chat jouant toutes griffes éteintes

J’ai le cœur amoureux, vaguement et c’est bien

Du grand ciel laiteux où se joue le matin…

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s