Là où…

Mon regard s’enfuit, saute par-dessus les toits

Enjambe les cascades de mots, les passages piétons

Les feux rouges, les flots verts, les flots bleus

Tout ce qui file, glisse, serpente et louvoie

Cherche la ligne éperdue du sens

Pensez-vous ce que vous dites ?

Moi, oui ! Cent fois oui et plus encore

Chaque syllabe formée sur le bout de ma langue

L’est sur le bout de mon cerveau

Je pense, donc j’agite, donc je jaillis, donc j’éjacule

Jusqu’à la crispation du ridicule

J’ai posé des morceaux de phrases comme des sucres

Ca et puis là et là encore

Ils s‘imbibent lentement d’eau, se corrodent au vent

S’émiettent, se décristalisent

Ils sont posés là, en jachère

Ils n’attendent pas vraiment, ils se proposent

Et le temps en dispose en passant…

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s