Pas lents

7713

 

Pas la peine d’imaginer

Courant dans les brisées du vent

Quelques pas vifs, l’écharpe volant

Le chien truffe à terre, l’enfant à patinette

Le gratteur de guitare et puis

Moi, passant

Il faudrait ne pas regarder

Marcher les yeux fermés

Sentir le sable à peine mouillé

Le parfum troublé des eaux

Ecouter le claquement sec des ailes éventails

Les cris des cygnes belliqueux

Les fragments de voix brisant

En petits cailloux brillants

Le mur, les murs, l’élan…

 

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s