Petits bouts de ville

J’ai mangé un peu de pierres, grignoté quelques trottoirs, des devantures  de hasard et puis quelques piétons blafards. J’ai aussi avalé des marches, plein de marches élimées par les ans, corrodées par des milliers de semelles, dévorées par des milliers de paires d’yeux. Du vertige des hauteurs en passant par les quais, des jambes nues offertes au vent, déployées sur des lits de pierre, aux fesses sportives de ceux qui montaient plus vite que moi. C’est aussi comme ça qu’une ville se voit. Depuis le bas jusques en haut, inatteignable parfois.  Sous un soleil de plomb qui dessine le paysage cruellement…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Mon réflex et moi, univers d'images. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s