4 heures et quart

J’étais posée délicatement

A quatre heures et quart

Sur l’aiguille du cadran.

Perchée, jambes croisées,

Sans même y songer,

Attendant sans efforts,

Que l’aiguille s’avance,

Par petits bonds surpris,

Jusqu’à la demie.

Au-dehors, une étoile,

Paresseuse et futile,

Bâillait timidement

En étirant ses bras,

L e travail de nuit,

Voyez-vous, quelquefois,

Ca vous use le brillant,

Et ça vous laisse là !

Quand l’aiguille perfide

S’est posée sur le point,

Lumineux et fébrile,

Au mitan du matin,

J’ai chuté brusquement

De mon songe débile,

Et, sur mon parquet blanc,

J’ai pu frotter mes yeux,

Imprécis et fragiles,

Il était juste …temps !

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s