Saison

8242

 

Ma maison entre en automne à peine sur la pointe du froid

Derrière ses rideaux frissonne un peu de brume, un peu de moi

Je regarde se lever le jour entre pluie douce et doux refrain

Sur l’asphalte en bas qui s’émousse lentement dans le matin

J’ai le regret de la tiédeur de mes draps en lit de rivière

Où je naviguais sans effrois entre rêve fou et chimères

Mais le café noir et onctueux qui entre mes mains fredonne

Son staccato si savoureux m’embarque loin de cet automne

Et sur les pages lisses et blanches où je dois bien poser ma plume

Un grand paysage du sud efface enfin toute amertume

Comme le jet brûlant de la douche et le savon frotté de fruits

Mettra ma peau en oraison et mes saisons en hramonie…

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Saison

  1. J’aime beaucoup. Superbe!!!

    Aimé par 1 personne

  2. Phédrienne dit :

    Merci, Barbara !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s