Empois, fantaisie phédrienne anti-dimanche (que je n’aime toujours pas)

Je voudrais s’il vous plaît

Un bureau à roulettes

Aux tiroirs remplis de poudre d’escampette

Pour travailler ici et là

Et plutôt là qu’ici

Et puis des yeux magiques

Qui voient dedans et dehors

Le temps des vivants et les rêves des morts

Ca me changerait un peu

Un crayon qui écrirait tout seul ce qu’il veut

Une page suicidaire avaleuse d’idées de travers

Un dictionnaire de 2 millions de mots

Un milliard de raisons de dériver ailleurs

Et un peu de sel de malice

Pour y plonger mes doigts

Voilà !

Je travaille le dos tourné à la porte qui sourit

C’est comme cela ici

Et quand j’en aurais assez d’être sage

Je mangerais tout, même la lumière

Même les idées des autres

Et je danserais en l’air

Non mais des fois !

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s