Parfois, petit poème fantaisiste pour les empêcheurs de rêver en boucle

Parfois, j’ai l‘esprit en goguette

Je guette la queue du chat

Posé sur la fenêtre

Et n’attendant plus rien

Que ma main…

J’attrape le soleil

Par un bout et je tire

Jusqu’à ce qu’il s’assoit

Sur la chaise près de moi

Vu de près il  a l’air

D’un bonhomme chinois

Et dehors il fait nuit

Et puis il fait tout froid

Alors que je brûle

Assise sur ses genoux

Et que je lui récite des vers

Un peu fous

Parfois je m’évade

Sur un fil d’Ariane

Déroulant ses myriades

D’anneaux  blancs et joyeux

Accrochés au ciel bleu

Comme des perles rares

Et je reste entre terre et étoiles

Goûter au merveilleux

Parfois, je vous l’assure

Je suis cet être peu sérieux…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s