Pause thé

 

Moi, je vous dis…thé

Vert comme les yeux oubliés de mon chat

Profond comme le marbre

Troublant et inspiré

Aux arômes amers et fruités

Coulant, fleuve doré

De ma langue succombante

A mon palais dompté

Mes mains en corolle

Autour du fût brûlant

De blanche porcelaine

Et mon stylo gisant…

Et puisque le silence me clôt

En son champ précieux

Que mon esprit rebelle bat la campagne

Rejoint la ligne de fuite des toits

Mon thé de soie

L’émoi de ses saveurs teintées

Me raconte l’histoire

Des temps enchantés

L’empire de mes sens captivés

Dans l’onde tilleul et vert pré…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Pause thé

  1. Frédéric dit :

    J’aime ton ecriture sensible et sensuelle et je retrouve souvent dans tes mots des souvenirs au plus profond de mon intime

    Aimé par 1 personne

  2. Quand tu dis… thé, le vert devienne alchimie; toi sais, un vert que transforme la poèsie en voyelles- couleurs,.. le monde dans tes mains en corolle… Belle et cotidienne… !!!

    Aimé par 1 personne

  3. Phédrienne dit :

    Je te remercie vivement Barbara ! Ta sensibilité à mes mots m’émeut profondément, .

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s