Sale temps pour les dindes

8428Connaissez-vous l’excellente émission d’ARTE, Repas de fête ? J’y ai appris ou réappris en tout cas que notre belle et ancestrale tradition du sapin décoré nous vient de ….la reine Victoria (tout au moins la généralisation de l’usage). Quant à la dinde, mieux vaut oublier son destin tragiquement tissé sur l’exploitation et le massacre des indiens, bien punis pour leurs qualités hospitalières. Cependant, nos volailles plus locales lui doivent le respect : sans elle, combien d’entre elles finiraient-elles sous nos papilles, le soir du réveillon ?  Rassurez-vous, je ne vais pas poursuivre ce débat bien futile ni soulever les poncifs de notre société mercantile et consumériste, etc.  J’ai juste envie de réinjecter dans tout cela un peu de bonne humeur, de distanciation et ce soupçon de fantaisie qui empêche la poussière de trop s’amonceler.

Parce qu’après tout, nul d’entre nous n’est obligé de sacrifier à tous ces rituels païens (oui, oui, je sais, c’est une fête religieuse au départ, je parle de ce qu’on y a mêlé depuis) qui semblent générer plus de stress que de joie (un peu comme les mariages !). J’ai souvent pensé que ces occasions ouvraient en tout cas la porte à une vision différente de la vie, offraient une parenthèse qu’on pouvait mieux exploiter en y injectant davantage de simplicité et de bonne humeur : le jeu plutôt que l’apparat, le repas partagé à beaucoup plus, plutôt que la….dinde  servie et réchauffée plusieurs jours d’affilée entre soi, peu de cadeaux, voire pas de cadeaux du tout, mais du temps accordé à l’autre, une sortie partagée, la lumière non clignotante des échanges…. Bref, en vraie poétesse réfractaire aux us et coutumes, j’aimerais  bien ces jours-là faire plutôt opération porte et table ouverte ou emmener ceux que j’aime en balade de nuit, chanter, danser, rejoindre…pourquoi pas ?

PS : cet article a été sponsorisé par le syndicat des dindes, des canards et des oies…

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Billets et autres textes/Prose toujours !, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Sale temps pour les dindes

  1. C’est très drôle ce billet !!! J’adore le bonne humeur qui’il transmettre !!!

    Aimé par 1 personne

  2. Phédrienne dit :

    Mais oui, la bonne humeur, c’est la meilleure façon de transmettre 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s