Je suis, marchant…

8587

Je suis, marchant, ce corps halluciné

Traversé de brumes premières

De baisers de givre et de vent osé

De musique folle et guerrière

Solitude des quais heurtés

Par le cri des oiseaux de passage

Et moi, les cheveux emmêlés

Et ma bouche au goût d’orage

Quand sous les arches impatientes

La bise se coulisse en giflant

Le dos du fleuve puissant et large

Et mon frêle dos en jasant

Dans sa langue dure et moqueuse

Je me livre toute à son élan

Le jour avance à mon bras

Et nous courrons en devisant

Libres et riches de nos vies-mêmes

La poésie vient en chantant…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Je suis, marchant…

  1. J’étais marchant
    Perdu dans mes brouillards
    Guidé par le bruit sec d’un pas de femme
    Martelant le pavé humide
    C’était donc vous ?

    Aimé par 1 personne

  2. Phédrienne dit :

    Oh, ce n’était sûrement pas moi, j’ai le pas moelleux, moi, vous savez …:)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s