J’oublierai le temps

J’oublierai le temps

L’ombre de ton dos pressé fuyant sous la lumière

Ces secondes volées au courage de faire

La lâcheté des cœurs, les promesses perdues

Je suis pressée de satisfaire de mes envies durables

La longue trame de fantaisies

De jouer du piano sur des plages de marbre

De crever les nuages et leurs perles de nuit

Oublier le temps, cette sale invention des hommes

Et ses horloges moribondes au tic-tac malvenu

L’heure de sortir, l’heure de rentrer, l’heure d’obéir

L’heure d’aveugler

Aux mots creux des petits mensonges

Une vie au goût de rien

Et dans ce grand flacon d’encre

Où tous mes bateaux vont naviguant

De leur valse folle et violente

Je  jetterai ma mesure blanche

Mes notes rouges, mes notes d’or

Mes croches de cœur et d’ardeur

Et puis ma clef des bois mouvants…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s