Un matin à Paris

Facettée de rêves, enturbannée de lumières d’aube

Panachée d’émotions fugaces, d’une rue à l’autre, je vague

J’ondoie comme un courant doux, je prends mon temps

Je l’attrape par la main, je le tire insolemment

Reste avec moi, viens !

Regarde le ciel qui frémit au–dessus des toits de Paris

Le matin qui fait sa toilette  de chat lustré

En étirant ses griffes larges sur le pavé

Les cloches de Saint-Germain font jaillir des sons de cristal

Et j’essaie en vain de croquer de mes dents affamées

Le croissant de lune qui sourit encore dans un coin de brume

Un dandy passe d’un air pressé, un chauffeur de taxi dort sur son volant,

Autour de mon cou, la bise se noue comme un baiser brûlant

Et moi, j’attends d’être avalée d’un coup par la grande bouche

De la gare de Lyon

Où mon cœur de nouveau fera le grand écart

Entre la belle Seine et le Rhône impatient…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Un matin à Paris

  1. Belle vision de la Ville que j’ aime mieux…
    Merci !!!

    Aimé par 1 personne

  2. Phédrienne dit :

    Nous partageons l’amour de cette belle ville 🙂 !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s