P’tit Robert

P’tit Robert

Il est bien sale, froissé, usé aux encoignures

Rogné, bouffé aux mites, raturé et banni

A jamais du cercle des beaux livres disparus

Avec sa tranche déconfite

Sa gerbe de pages jaillissant de partout

Son papier qui ne bouffe plus

Sa couverture qui se fait la malle

Se dézingue, se déchausse, se défausse

Se démantibule

Sous le vieux plastique qui s‘essaie au moins

A le garder en un seul morceau

Lui et moi comme deux vieux copains

Vautrés dans les pliures du canapé

Moi l’aimant sans rien dire

Lui, dans l’indifférence de ses mots malmenés

Cherchés et soulignés et annotés de noir

De bleu, de rouge, de vert au hasard

Je l’aime bien, p’tit Robert

Depuis peu je le couve

Avec des yeux jaloux

Craignant qu’il n’accouche bientôt

De mini dictionnaires où il

Ne restera plus que 1000 mots…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s