Brouillard matinal (un poète, c’est pas sérieux, acte pénultième)

Je me suis faufilée entre un nuage et un morceau de sucre

Quelques secondes, juste le temps d’un voyage

Un impromptu en interstice

Entre un silence et un mot creux

Mais oui, je délire et c’est mieux

Le vent me pousse, feuille docile

Dans la rue fouettée de bruits

Assise dans mon parapluie

Je navigue en chantant à tue-tête

Mon stylo se transforme en python

Et ses anneaux vont en frissons

Capturer l’instant qui passe

Et qui se démène pour rien

Autour de moi tout est éteint

La nuit se garde dense et mouillée

Dans son manteau toute drapée

Et sur ma table la grande pile

De mes feuilles à corriger

Se fait menaçante et fébrile

Je vais sans doute travailler

Quand la nuit se sera couchée

Dans ma jolie tasse à café…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Brouillard matinal (un poète, c’est pas sérieux, acte pénultième)

  1. rené thibaud dit :

    Rien de tel qu’un petit poème pour prendre une bouffée d’énergie !

    Aimé par 1 personne

  2. Phédrienne dit :

    Oui tout à fait d’accord avec vous ! Merci

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s