Alouette, je te plumerai

9026

Belle plume, duvet d’encre à pleins déliés

Calligraphie à peine posée

Quel murmure, ce mordant de l’acier

Dégoûtant de noir, de marine, de violet

Sur mon papier charnu !

Parfois, c’est un mouchoir fragile et sûr

Un bout de ma liste du jour

(penser à ne pas penser, sourire, un peu, rêver)

Un bout de papier kraft, une nappe, un carnet

Et le bout de mes doigts dans le sable cuivré

Je suis ma propre plume, tout mon corps est tendu

Vers ce dessin (dessein) -là, dire et pourquoi pas

Redire encore, tracer, les boucles, les jambes, ponctuer

Lancer les virgules par poignées

Oh, c’est sûr ! je finirai par rouler

Toute ma chair dans l’encre, dans l’huile

Dans de la confiture fruitée

Pour écrire et rimer

Rimer de plaisir, me plaire à écrire

Être l’alinéa posé sur mon coin de terre

Dédié…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s