Posé là…

Posé là derrière ma porte, près des chaussures que je ne  mets plus

Et du sac où j’ai oublié un carnet de dessin et un vieux crayon fatigué

Il y a le printemps

Celui que j’attendais avec toi et mon cœur frais et simple

Simple et sincère

Nous rêvions d’aventure comme des enfants naïfs

Et comme eux le matin nous cueillait

Je me fichais des baisers de pluie

Et des caresses âpres du soleil levant

Je me fichais des gens, des regards, des mots

Nous étions seuls, cueillis par les chemins qui aspiraient nos pas

Et je goûtais ton âme à chaque fois

Posé là, derrière la porte que je franchis seule désormais

Il y a le printemps que je prendrai avec moi

Posé sur mon épaule comme un oiseau timide

Et qui chantonnera à mon oreille

Le vent, la tiédeur moite des herbes

La terre où je coucherai mon corps

Loin, sans doute il y  aura ton sommeil

La trace de tes pas dans la poussière d’une autre rive

Et comme l’écho d’un beau rire dans le silence gracieux…

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s