Demain

A l’heure où tout dort encore,

où la nuit cesse à peine de murmurer

à l’oreille des somnambules,

si tu viens picorer mon premier mot

au sortir de mes rêves,

si tu ancres le matin neuf

à mes épaules crues,

je te suivrais, sans doute,

comme une reine

portant sa coiffe de cheveux

et sa robe  de papier de soie.

Tu noueras à mon cou

une écharpe de nuages bleus

floqués de vent.

Je lierais ton cœur

d’un subtil ruban

pour le garder un peu…

Un peu de sable

au creux de tes émouvantes salières

fondera mon temple de Salomon

pour quelques instants sans frontières,

et dans ce lent et vibrant frisson,

je croirais enfin que demain,

pour toujours, sera différent d’hier…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s