L’imbécile de la porte d’à côté (mini fiction sur un air de déjà vu)

aneQuel sot, celui-là, avec son Equipe sous le bras et ses écouteurs qui crachent de la musique déplaisante ; du RnB, moi, je n’aime pas ça ; parlez-moi d’un Mozart ou d’un Satie, ça, c’est quelque chose. Il m’énerve ce gars-là, c’est plus fort que moi.  Même son tapis sur le palier de sa porte m’agace : vert et rose avec bienvenue marqué dessus. Ben oui, bienvenue, eh, on ne s’attendait pas à ce qu’il soit marqué malvenue,  non ?  Devant les autres portes, on trouve des paillassons  normaux, voilà, sans rien marqué dessus.  Ca a une autre allure quand même.  Lui,, on ne sait même pas s’il travaille, je dis « nous », parce que les autres voisins et moi, on aime bien savoir à qui on a affaire, un type qui ne fait rien, on ne sait pas, il peut toujours lui passer une idée bizarre dans la tête. Avec tout ce qu’on entend aujourd’hui, il faut être sur ses gardes. Remarquez, moi, je suis quelqu’un de normal : j’ai un emploi régulier, je suis bibliothécaire à mi-temps près de chez moi. Pas très bien payé mais c’est un boulot sécurisant et c’est mieux que facteur quand même. Le voisin de gauche est clerc de notaire, sa femme est coiffeuse chez Coupchic  et l’autre, le palier de droite, c’est un professeur. On ne se parle pas beaucoup mais on sait qu’on est à peu près pareils : des gens normaux, quoi. Je ne vais pas vous expliquer pourquoi, ça se voit, c’est tout. Mais ce type-là, je vous jure, il a une tête qui ne me revient pas. Une vraie tête de crétin, un facies à jouer sur sa console toute la journée, le genre qui doit baver devant sa télé avec une bière à la main. Il doit avoir le même âge que moi, avec moins de cheveux, tiens, sur le dessus, mais franchement, il fait plus. Il m’énerve. Il ne dit jamais bonjour, il dit s’lut, ça a l’air de quoi, je vous le demande. Et en plus  il prend tout son temps pour grimper l’escalier devant moi, avec sa  tête qui dodeline sur sa musique, pfff, allez, bouge-toi un peu !

Je crois qu’il a une copine, une fille qui ne ressemble pas à grand chose non plus, c’est fou ce que les gens peuvent être moches parfois ou en tout cas, quelconques ; moi je suis normal, mais eux, ils sont quelconques, vous voyez ce que je veux dire. Avec même  un soupçon de vulgarité, je n’aime pas ça non plus, la vulgarité. Inutile de vous dire que ces deux-là, je ne les ai jamais vus à la bibliothèque ! Tu penses, un lecteur de l’Equipe, faut pas rêver ! Ils n’ont pas dû faire beaucoup d’études non plus, ces  cocos-là, ça aussi, ça se sent. Le clerc, lui, je le vois de temps en temps, il se pique d’érudition et avale tous les nouveaux titres pour rester dans le coup, ça me fait rigoler. Le prof vient avec sa classe parfois ; les mômes s’ennuient à mourir, ça se voit, à part quelques-uns, ce n’est pas étonnant, notre quartier s’est dégradé, les gens viennent de partout et ça n’a pas arrangé le niveau, je vous le dis. Moi, je m’en  moque, hein,  je suis tolérant, comme je dis toujours, le pays appartient à tout le monde, mais bon, il faut avouer qu’il y a des gens qu’on aimerait parfois voir ailleurs ; comme mon voisin. Ce n’est pas avec lui qu’on va remonter le niveau de ce pays. Moi, je n’aime pas les élites ni les prétentieux, notez bien, mais quand même, je suis diplômé, il faut ce qu’il faut. Pas étonnant que les gens se laissent manipuler et fassent n’importe quoi, un peu d’éducation, c’est vraiment nécessaire, il faut bien le dire. Ça me fait pitié, moi, tous ces gens qui ne savent rien, qui vivent bêtement, vraiment, ces gens-là, je ne sais pas ce qu’il faudrait faire pour les aider… Enfin voilà, ça y est, mon voisin est rentré. M’a même pas dit bonsoir, l’imbécile, aucune éducation, voilà, c’est bien la preuve. Il va vite s’installer dans son fauteuil et lire sa feuille de choux.  Une vraie lobotomie ce truc-là, pas vrai ? Bon,  je vais poser mes affaires de travail et aller faire des courses pour mon dîner chez mon petit épicier du coin. D’ailleurs, il faut que je lui dise que son môme, un grand ado prétentieux qui fait soi-disant Polytechnique, m’a traité de sale con l’autre jour. Çà ne m’a pas plu du tout : il y en a certains, je vous jure, ils ne se prennent pas pour rien !

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Billets et autres textes/Prose toujours !, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour L’imbécile de la porte d’à côté (mini fiction sur un air de déjà vu)

  1. ´C’est drôle et delicieuse ce billet ! Très sympa… la description de l’imbecile et jolie photo !!!

    Aimé par 1 personne

  2. Phédrienne dit :

    Bonjour Barbara
    C’est un écho malicieux aux prétentieuses sottises que je lis et entends autour de moi sur le thème des élections françaises : c’est tellement facile de traiter de « con » celui qui ne pense pas comme vous mais dont au fond on ne connaît rien et j’admire la facilité avec laquelle chacun parle « des gens » comme s’il n’en faisait jamais partie 🙂 

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s