Lettre aux blogueurs découverts ici et ailleurs

J’aime à vous lire souvent, et justement parce que je ne vous connais pas. Que je ne puis avoir la tranquille assurance de retrouver un thème, une patte qui me soient déjà connus. J’aime à être surprise et bousculée quand, au hasard de liens déclinés, je prends un peu pied parmi vos curiosités. On ne se rend jamais compte à quel point la technologie est à des années lumières de nos capacités réelles de changement ; réseau ou non, la tendance au rassemblement, au confort du consensus entre amis prend souvent le pas sur la découverte et la mise en danger, je m’en aperçois chaque fois que je me rends sur les réseaux et que j’y lis ces congratulations entre soi, ce peu de transversalité. Alors, je tente d’ouvrir ma fenêtre sur votre monde.

Moi, je connais si peu, j’ai si peu de choses entre les mains mais tant d’envies ; tant de faims de découverte, si peu de temps, trop peu par rapport à la corne d’abondance de la créativité, de l’élan, des passions d’autrui. Partager, c’est aussi s’immerger, oublier le soi pour voir les autres. Prendre le temps de lire au-delà d’un titre ; rendre hommage aussi à ceux (devenus rares) qui prennent encore le temps d’écrire, de développer, là où une image, une vidéo, une espièglerie en trois lignes fait figure de communication. L’obsession actuelle du court cache parfois aussi une paresse, un vide…j’aime que vous ayez pris le temps.

Oui, j’aime à vous lire et à être étonnée, j’aime à me sentir limitée, idiote parfois devant certaines de vos illuminations, de vos connaissances ; ce n’est pas important de se sentir creux soi-même quand l’idée du plein, par la grâce d’un autre que vous, affleure à votre esprit. Quand une porte s’entrebâille délicatement sur quelque chose dont vous ignoriez tout. Quand votre ignorance devient source de joie parce qu’il vous reste tant à connaître, que vous ne pourrez jamais subir l’accablement de l’ennui. Que loin de vous humilier, de vous dévaloriser, votre appétence et vos manques deviennent les plus values d’un demain.

J’aime à être éclairée quand tant de choses conduisent à des ténèbres ; j’aime à sourire avec vous et je vous en remercie…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Lettre aux blogueurs découverts ici et ailleurs

  1. Merci à toi, Colette, tu as su si bien décrire cette véritable envie de partage, comme des découvertes des mondes inconnus

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s