Le petit arbre dort

orme petit

Le petit arbre dort

Tout menu sur ma table

Un peu de Chine ancrée

Dans ses racines vénérables

Je le regarde encore

Craignant que mon souffle lui-même

Ne vienne déranger sa splendeur végétale

Quelques palanquins alanguis

Une blanche beauté perchée sur des socques de bois

Glissent sur mon parquet

Ombres rouges et létales

Venues du fond des âges

Et dansant en solo

Leur rythme oriental

e silence vient épouser

Le tronc plissé et gracieux

C’est moi qui suis petite

Et lui qui me toise

De sa séculaire beauté

orme petit

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le petit arbre dort

  1. Très belle mariage d’images et de poésie: douce post, chère phédrienne!

    Aimé par 1 personne

  2. Phédrienne dit :

    La douceur est tellement plus efficace que le cri ! Merci Barbara.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s