Gourmande

J’ai tellement faim que me torture

L’odeur du pain tourmentante et douce

Sa peau grenue brune et dorée

Sa chair dense et parfumée

Dessus

Je poserai, gourmande, une tranche de pâté

Persillée de pistaches, de noisettes concassées

Une tranche de tomate juteuse à point nommé

Un petit oignon blanc acide et fruité

J’ai tellement faim que me captive

La pomme blonde, ronde et tournée

Qui repose en belle coquette

Près d’un gâteau croquant de miel

Après

Je finirai par un bonbon

Petit, sucré et polisson

Une sucette au caramel

Dont je me dirai des nouvelles

Et pourquoi pas

Je croquerai aussi la lune

Pour une fois…

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s