Juste une impression

1117

A ma fenêtre le soleil se languit

Sa langue chaude bloquée dans mes persiennes

Peine à percer la pénombre de mon logis

Pourtant,  j’ouvrirais grand mon cœur à ses rayons

Et ma tête coupée d’ennui

Juste pour sentir notre fusion

Si et seulement si

Je m’accordais ce temps de pure fantaisie

Alors, laissant couler le doux rayon doré

Qui filtre cependant partout où il le peut

Je joue à mettre sous mes peids

De souples semelles illuminées

Pour danser avec lui sur un air d’été

Si et seulement si

Je pouvais être lui…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s