À peine ….

volet réduitClaquemurée à l’ombre des volets

Soupente de nuit feutrée

L’haleine des absences frôle mon épaule

La chaleur me vêt

Lointaines Amériques dessinant au loin

Des itinéraires diaboliques

Je cherche en interstice un vaisseau lointain

Pour fuir la ville en ses brûlants émois

La rue bientôt sucera la trace de mes pas

Et moi je fondrai sans bruits sous le soleil

À peine l’écume d’un instant…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour À peine ….

  1. C’est formidable comme toi fermes les poèmes : »A penas la espuma de un instante » Precioso y muy evocador… !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s