Gros mot (les poètes, ce n’est pas sérieux)

Un gros mot s’est glissé tout plissé, tout ridé

Dans ma bouche, dans ma bouche

Comme un animal farouche

Il a roulé sur ma langue

Bien au fond jusqu’au palais

A chatouillé ma luette et frotté mon épiglotte

Jusqu’à me faire tousser

A joué avec ma trachée

J’étais pourtant bien restée

Lèvres closes en mon palais

À l’abri de mon voile muet

Mais il est entré quand même

Et en hôte imparfait

Tente de semer dans ma gorge

Un tohubohu joyeux

Qu’importe ! je le tairai bien

Au moins le temps que passe

L’ange du silence…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s