Dansons maintenant

Je battrai tes pavés encore une foi

Entre les quais et les jardins clos

Je ne sais pourquoi la ville semble amère

A moi, elle construit des bateaux

Je m’égare de façade en avenue austère

De venelle ombrée en immeuble de verre

Je suis les traces des moineaux

Ma mémoire y bat comme une membrane souple

Où se recrée à chaque instant

Le souffle du matin jetant en quai de Seine

Son haleine de fête et son air étudiant

Je mettrai pour te plaire

Ma robe de dentelle

Et des souliers légers comme un baiser volant

Et j’attendrai la nuit et son noir cortège

Pour danser avec toi, sur le pont de Grenelle

Ou le pont des amants…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s