Passerelle du collège

1621

Attentive à ne pas oublier,

Lier les images des temps noirs et des temps d’or.

Toi, tu aurais tracé à la craie

Les marques de ta colère,

Jeté les rires contre les murs à les briser.

Regarde, regarde, regarde encore

Ces couleurs, sang de la rue qui est tienne.

Regarde comme tu es devenue sage,

Trop, trop, beaucoup trop sage.

Décolle ces images, prends le large,

Et le long des coursives du hasard,

Laisse entrer, dériver.

Coule à point nommé.

Tu as besoin de cela, maintenant. Là.

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s