Eté…


1657

Entre soleil et promeneurs accablés

Cherchant le sommeil dans l’herbe couchée

Entre fourmis urticantes et mouches têtues

Roses filaments de barbe à papa

Échevelant de sucre quelques bras de rosiers

Je cours après  mon ombre qui s’est oubliée

Derrière la serre aux carnivores

Là où se chuchotent quelques doctes secrets…

Il fait chaud, même les roses en bâillent d’ennui

Et sur la branche une corneille aussi noire que la suie

Guette l’instant où la lumière affaiblie

Rendra les armes aux pieds de l’arbre

Sous lequel, un instant,  je me suis endormie …

1683

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Eté…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s