Langue de sioux

Je la tourne en silence 10000 fois dans ma bouche

Ça fait beaucoup, mais pas assez

Pour me taire, Ô me taire, moi, l’impénitente bavarde

Me taire…

Attendre des eaux moins troublées

Alors je travaille, je prends encore et encore

Sur l’étagère fêlée les livres opportuns

Apprendre à réfléchir, ça se fait à tout âge

À tout âge, ce silence fait du bien

Je pense à Socrate, à Baruch, à Deleuze

Je me languis de leur absence

Ô temps creux où les images parlent de trop !

Le doute me fait moins peur que toutes les raisons

Je la tiens close, sage et un peu morose

C’est bien

Demain, ailleurs, autrement,

Un jardin de malice un peu déraisonnable

Un jardin de délices, sans vices ni sévices

Un jardinet de mots pensés et de pensées sans maux

Reverdira …

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Langue de sioux

  1. sourire il y a un banc et des sioux chez moi:)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s